Articles

Affichage des articles du novembre, 2016

Sujet du Merc. 30/11 : QUELLE CHANCE DE POUVOIR MOURIR !

             QUELLE CHANCE DE POUVOIR MOURIR !
Nous n’avons pas encore d’explication à notre tout « début », s’il y a eu un début ? Alors accordons nous pour dire que c’est une chance, un heureux hasard que nous soyons là et que cet heureux hasard, ce « on ne sait pas » nous donne la possibilité  de mourir.
Mourir, cesser de vivre, ne plus pouvoir être, ne plus pouvoir avoir de désir -la mort physique est inéluctable, quand on meurt notre corps se décompose, Il n’y a plus de continuité.
Mais qu’advient-il de l’être que nous avons été ? ne laissons-nous pas une empreinte aussi infime soit-elle, qui imperceptiblement nous canalise vers un seul et unique but « l’immortalité ». Ne laissons-nous pas une empreinte immortelle à ceux qui restent (à supposer bien sûr que notre espèce ne s’éteigne pas puisqu’elle est mortelle  et qu’elle continue malgré tout sur sa lancée) à travers la confrontation de nos personnalités, nos points de vue et pour les « grands hommes » en plus de ce quotidien : …

La science et la religion doivent-elles dialoguer ?

Une émission de France Culture - 03/09/2016 - Avec E Klein    

(Cliquer sur le tire pour écouter)       La science et la religion doivent-elles dialoguer ?
Aujourd’hui, la question des relations entre sciences et religions et des appels au "dialogue" entre ces deux domaines pourtant si éloignés par leurs objets et leurs méthodes refait surface. La science est la science, qui n’est pas la religion, la religion est la religion, qui n’est pas la science. Après des siècles de conflit entre ces deux « sphères de la vie de l’esprit », si on peut les appeler ainsi, on avait fini par comprendre qu’il ne faut pas les confondre, ni les mélanger ni surtout subordonner l’une à l’autre. Car si on ne respecte pas leurs différences, qui sont irréductibles, on s’empêtre dans des tentatives concordistes menées à grand coup de sparadrap syncrétique, ou on fabrique une harmonie toujours artificielle entre les connaissances scientifiques et les croyances religieuses. Pourtant, depuis quelques a…

Sujet du Merc. 23/11/2016 : QU'APPORTE L'ART ?

QU'APPORTE L'ART ?
S'il est possible de mettre en perspective l'art, le mythe, la science, la philosophie et la métaphysique, qui inclut la théologie, c'est qu'on s'accorde pour penser qu'ils sont des formes d'appréhension du monde ayant une prétention commune au sens et à la vérité. L'être humain est si divers. La philosophie permet d'envisager l'apport de l'art comparé au sien, mais aussi son rapport aux autres modes d'appréhension du réel. Prenons néanmoins garde, voilà que ça démarre! 
Globalement, la philosophie distingue avec clarté les choses réelles les unes des autres mais – contrairement à la science qui est indifférente -- elle le fait en leur donnant sens pour les hommes. Si bien qu'elle se distingue aussi de l'art, du mythe et de la métaphysique en ce que les deux premiers s'épanouissent dans l'expressivité subjective, toute personnelle pour le premier mais commune à un groupe d'hommes pour le secon…

Sujet du Merc. 16/11 : Nietzsche ou la destruction de la raison.

Image

Sujet du Mercredi 09/11 : Est-il confortable d’être conformiste ?

                       Est-il confortable d’être conformiste ?
Commençons par quelques définitions :
- conforme : est un mot issu du latin « conformis » qui signifie de même forme, semblable à...
- Le suffixe « -isme » sert à former des mots correspondant à une attitude, un comportement, une doctrine ou une idéologie.
- Le conformisme est donc l'attitude passive consistant à se soumettre aux idées communément admises (servitude volontaire), aux usages, aux comportements, aux règles morales du plus grand nombre du groupe auquel on appartient, au dépend, parfois, de ses propres convictions et de façon plus ou moins consciente (= confort illusoire). Mais ce comportement relève de la doxa.
Or, un conformiste va subir une influence collective et une certaine pression du groupe afin, souvent, de ne pas être rejeté par ce dernier. Donc le groupe va avoir de l'influence sur l'individu et non l'individu sur le groupe.
On peut dire que le conformiste est celui qui adhère à la norme, au…