dimanche 25 mars 2018

Sujet du Merc. 28 Mars 2018


Dans quelle mesure le travail est-il constitutif de l’homme ?

 
La conscience de l'homme  se déduit de son existence au lieu de l'inverse (comme l'admettait initialement  l'idéalisme allemand) car l'homme doit d'abord se nourir, se vêtir et avant de penser à faire de la politique, de la science, de l'art, de la philosophie, etc…. La  prise de conscience sensorielle humaine du monde  n'est pas une action  abstraite humaine, mais un trait caractéristique inné de l'homme conduisant à l'activité humaine,  à l'oeuvre, au travail dont le principe consiste en un mouvement constant pour changer le monde et l'adapter dans un long processus (qu'on nomme l‘Histoire humaine) aux besoins du genre humain (au lieu de s'adapter aux réalités  du monde existant en tant que tel. C'est ainsi que l'homme se crée progressivement lui-même. Cette auto-production est le propre du genre humain qui le différencie de tout autre être vivant.
         Hegel ne reconnaissait le travail de l'homme qu'en tant que processus le conduisant vers lui-même (ce qui veut dire pour Hegel vers la conscience). Marx connait la conception du travail an tant que projet générique de l'homme qu'il ne partage avec aucun autre être vivant au monde. Si bien que  l'homme finit par arriver à travers son activité qui le transforme et fait de lui en même temps un éducateur de lui-même et d'autrui. Pour cela les hommes ont besoin  de leurs semblables sans lesquels ils ne peuvent pas satisfaire leurs besoins. Au fur et a mesure que la societé devient complexe, l'assistance mutuelle des hommes est nécessaire. L'homme possède la langue comme moyen le plus sophistiqué de communication Une langue qui n'est parlé et comprise véritablement que par un seul homme est un non-sens (Robinson Crusoe qui a quand même un esclave à sa disposition doit recommencer pour survivre  lá ou les humains étaient arrivés déja quelques  millénaires auparavant.) En entrant mutuellement en communication les hommes ont pu s'entraider avec leur travail et progresser. L'Histoire humaine progresse de facon dialectique, si bien que l'esclavage peut  être considéré comme un progrès par rapport au „Urkommunismus“ („communisme primitif“) et Louis XIV qui favorisait la manufacture et accordait un  rôle important au roturier Colbert  comme véritable initiateur de la révolution Francaise au lieu de certains philosophes des lumières.
         Le progrès le plus énorme a eu lieu en France a la fin du 18ième siècle lors de l'abolition de la noblesse  en mettant fin a ce qui restait de superstitions et toute sorte d'írrationalité  du Moyen âge et qui signifiait  une barrière  a toute production efficace ,  empêchant les sciences naturelles, et le matérialisme et la connaissance de la  dialectique allemande conduisant vers un autre mouvement des sciences, comme la découverte du radium, l'elektronique, etc…. Cela avait des conséquences pour la société humaine en passant par l'accroissement du capitalisme nécessaire á toute productivité vraiment  supérieure et vital pour la survie de l'humanité qui est menacée par une autodestruction par des crises de plus en plus inquiétantes. Mais une formation sociale ne finit jamais avant qu'elle n'ait développé la totalité de ses forces productives, avant que ces dernières ne soient développées entièrement au sein de l'ancienne société et de la société active majoritaire.et donc nouvelle. C'est pourquoi on a dit que l'humanité ne se pose que des tâches qu'elle peut résoudre. Ou qu'elle doit résoudre sous peine de sa disparition finale.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

1 - Tout commentaire anonyme (sans mail valide) sera refusé.
2 - Avant éventuelle publication votre message devra être validé par un modérateur.

Sujet du 18/04/2018 : Suffit-il d'observer pour connaitre ?

Suffit-il d’observer pour connaitre ? Si l'on se donne pour objectif, pour finalité, de connaître la nature, ou tout autre phéno...